Italy
Une Littérature Européenne

Alors, moins il reste d'argent à chacun à la fin du mois - à cause des impôts - plus le pays en a, lui. A la limite : quand quelqu'un achète du pain et du beurre et qu'il les mange, objectivement, il vole ce pain et ce beurre au pays. - Ainsi, plus la vie de l'habitant se dégrade, plus celle du pays s'améliore. - Exact. - Que vive le pays ! s'exclama le Premier Assesseur. - Mais sommes-nous au service du citoyen à titre individuel ou du pays comme une totalité ? - Du pays comme une totalité, Chef ! crièrent à l'unisson les Assesseurs. - Et le pays appartient à tous ! insista le Premier Assesseur. - Conclusion, si notre objectif patriotique est d'améliorer la qualité de vie du pays, il nous faut... - Dégrader la qualité de vie du citoyen ! - Et voilà ! "

Alfonso Garcia Canas de Université de Séville, Espagne

J’ai aimé cet livre, parce qu'il y a chapitres très amusants. Comme les chapitres ne sont pas trop longs, la lecture est plus agréable. En plus, l'abondance de dialogues donne plus de rapidité et de vitesse à l'histoire.

Jakob Sterlich de l’Université de Krems, Autriche

J'ai bien aimé ce livre parce que l'auteur sait comment amuser quelqu'un, on ne veut pas arrêter de lire si on a commencé un chapitre [...] Le début est un peu difficile, mais après le troisième chapitre, j'ai commencé à rire à chaque page et le livre était un plaisir.

Denise Guadrini de l’Université de Brescia,  Italie

Les impressions que j'avais avant de lire ce livre restent les mêmes; En effet, je pensais que c'était un livre amusant et léger. Je suis contente de ce livre.

Gilles Heuré, Télérama « Il faut dire que les pirouettes abstraites, les jeux de logique et le loufoque Oulipo zigzaguent dans ces livres étincelants d'intelligence. »

Didier Jacob, Le Nouvel Observateur « C'est espiègle, absurde, borgésien - on dirait du Beckett chanté par Charles Trenet. »

 

 
prix littéraire des jeunes europeens
l'auteur portugais : Gonçalo M.Tavares le traducteur: dominique Nédellec
 

 

  Critiques d'Erasmus  

 

Yen Nhi Dang de l’Université de Wiesbaden, Allemagne

J’aime bien ce livre. Il n'a pas la structure d'un ouvrage ordinaire. Ce n’est pas comme une histoire typique avec une introduction et des descriptions détaillées, des développements de relations entre les personnages et un point culminant. Par contre, il y a beaucoup d’expressions simples mais très pertinentes et fleuries qui nous permettent une imagination parfaite du sujet ; par exemple dans le chapitre « Le Retour » (3) : « le concept de la démolition constructive - presque un concept philosophique…on détruit de vieux immeubles et on érige des immeubles neufs - tout en ayant la lucidité de comprendre que tout est éphémère ». On pourrait croire que Nietzsche lui-même a écrit ces lignes.

En simplifiant son expression, l’auteur souligne l'absurdité des politiciens au pouvoir. Amusant et plein d’esprit, j’ai pris du plaisir en le lisant.

Marta de la Hoz Fernandes de l’université Rey Juan Carlos,Espagne

J'ai bien aimé ce livre. Je pourrais dire que je l'ai adoré :)

On peut lire beaucoup d'essais très intéressants mais pas toujours aussi amusants ou originaux. Celui-ci a tout : critiques, références culturelles et beaucoup de scènes drôles .

 

prix remis à la maison d'édition Viviane Hamy